LES LUNDIS TABOUS: La bisexualité n’existe pas!

October 13, 2015

LES LUNDIS TABOUS

 

Durant 10 semaines, je publierai un article sur un tabou qui persiste au niveau de la sexualité! Vous avez des idées? Vous voulez en savoir plus sur un mythe que vous ne pouvez plus entendre vos amis raconter? N’hésitez pas à m’écrire, directement sur le site ou sur ma page Facebook pour me suggérer ce thème!

 

TABOU NO 4 : La bisexualité n’existe pas

 

Peut-être avez-vous déjà entendu quelqu’un de votre entourage dire que les gens qui se disent bisexuels sont indécis, accros au sexe, ou qu’ils seraient incapables d’être dans une relation monogame. Qu’en dites-vous?

 

 

Les bisexuels désirent tout le monde

 

Les personnes bisexuelles peuvent être attirées émotionnellement ou sexuellement par un homme ou une femme, indépendamment de son sexe (entre autres, il y a tant de variétés!). Peu importe votre orientation sexuelle, pensez-y un instant. Si vous aimez les hommes, est-ce que cela veut dire que vous désirez chacun d’entre eux? La réponse est probablement non et celle-ci est la même pour une personne bisexuelle. Ce n’est pas parce qu’on ressent une attirance pour un sexe en particulier que toutes les personnes ayant ce sexe deviennent soudainement une proie!

 

Il y a presqu’autant de façons de vivre sa bisexualité qu’il y a de personnes bisexuelles. Cela veut dire qu’une personne qui est attirée par les deux sexes peut entretenir une relation stable avec un partenaire si c’est ce qu’elle souhaite, ou pas, si elle choisit une autre façon de vivre sa vie amoureuse. Les valeurs, les limites et la façon d’être en couple d’une personne ne viennent pas de son attirance bisexuelle. C’est la même chose pour quelqu’un d’hétérosexuel ou homosexuel qui choisirait d’être en couple ouvert ou en relation exclusive avec un ou une partenaire.

 

La bisexualité, ce n’est qu’une phase!

 

Si la plupart des gens se questionnent au moins une fois dans leur vie sur leur orientation sexuelle, ce qui est tout à fait sain, la personne qui s’identifie bisexuelle est bien certaine de son affaire. L’orientation sexuelle, qui est l’intérêt ou l’attirance pour une personne d’un sexe et/ou d’un genre donné, est fluide et peut donc changer au courant de la vie, à travers les personnes rencontrées, les expériences vécues, la clarification des valeurs et j’en passe! Tout n’est pas fixé à jamais et la personne bisexuelle n’est pas simplement indécise.

 

Rappelons-nous les travaux de Kinsey, qui ont mené à une échelle de 0 à 6 pour déterminer son orientation sexuelle. Ensuite, Klein a voulu en faire une version améliorée, en y ajoutant les notions d’attirance sexuelle, les fantasmes sexuels, les préférences émotives et affectives, les préférences sociales, le mode de vie, l’identité sociosexuelle  et politique. En plus, il inclut dans son tableau le passé, le présent et l’idéal de la personne pour montrer qu’il est possible que le tableau change au courant de la vie. Intéressant, non ?

 

On me dit souvent que la bisexualité est une «mode» de la nouvelle génération. Les gens y voient des jeunes filles s’embrasser pour émoustiller les garçons, dans les bars ou les fêtes d’adolescents. Ce comportement fait effectivement la vie dure aux femmes bisexuelles, autant auprès des hétérosexuels que dans la communauté gaie et elles vivent de la biphobie (eh oui!) de façon régulière. Embrasser une amie de temps en temps ne veut pas dire s'identifier comme bisexuelle. La biphobie touche également les hommes, qui sont victimes d’une invisibilité totale. Autrement dit, on juge que si un homme a un partenaire masculin, c’est comme un point de non-retour, il devient alors automatiquement homosexuel. Ce n’est pourtant pas nécessairement le cas! La bisexualité chez la femme est parfois plus facile à admettre et touche moins de tabous, surtout si la femme, malgré ses relations sexuelles avec des femmes, aime toujours la sexualité avec un homme.

 

Vous ne croyez pas trop au phénomène de la biphobie? Une recherche de 2007 dit que lorsque l’une d’entre deux amies est bisexuelle, le support amical offert varie selon le partenaire que la femme bisexuelle a dans sa vie. Si celle-ci a un homme dans sa vie, l’amie sera plus présente et parlera davantage de sujets intimes avec elle, alors que si la femme bisexuelle sort avec une femme, l’amie concentrerait son attention sur les différences et diminuerait les conversations intimes (Galupo, 2007). Une preuve que la biphobie peut être à petite échelle, mais aussi significative. Une étude a aussi noté que la biphobie est plus présente envers les hommes bisexuels qu’envers les femmes (Mulick et Wright, 2011) et, fait surprenant, autant de la part des populations homosexuelles qu’hétérosexuelles.

 

Pourquoi pas, dès aujourd'hui, arrêter d’assumer qu’une personne est automatiquement hétéro ou homo selon son partenaire actuel, cesser de s’arrêter aux préjugés et élargir les esprits par de belles discussions avec des gens s’identifiant comme bisexuels pour en apprendre davantage?

 

Valérie Major, votre sexologue

Please reload

Publications récentes
Please reload

Archives
Please reload

Tags

Permis de psychothérapeute

Reçus pour assurances disponibles

Sexologue Verdun, Membre de l'ordre professionnel des sexologues du Québec
  • LinkedIn Social Icon
  • Facebook Social Icon
  • Google+ Social Icon

Suivez-moi!

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now